Confinement sans frontières 54

L’animal que nous sommes

Ce n’est pas l’inspiration qu’il faut chercher, c’est la respiration.

On porte en soi l’animal sauvage qu’on a été, qu’on aurait voulu être, ou qu’on est encore. Totem scout ou rêve adolescent. Et tout notre rapport au monde est dans cette animalité. J’ai fantasmé d’être un loup et comme un loup je ne souffre ni de la solitude, ni de rester dans ma tanière. D’autres ont besoin de la meute, de la horde ou du troupeau, même s’ils ne le savent pas. Souffrir du confinement fait de vous un cheval sauvage, un éléphant, une antilope ou une brebis, un élan, un bison, un animal de bande.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous voulez commenter ce texte, envoyez un message à info@rencontre-orion.org