Confinement sans frontières 66

Mariages – épisode 8 – Un mariage peut en cacher un autre ?

Ils sont arrivés tous les trois ensemble, les deux femmes se donnent la main. L’une semble encourager l’autre. Ou le contraire. L’homme marche un demi pas derrière. Il suit. Des pensées contradictoires me traversent, mais il a l’air gentil et timide et je ne décèle rien d’inhabituel dans les familles qui s’installent. Personne ne semble forcer personne. L’homme s’assied dans le fauteuil prévu, une des deux femmes dans l’autre et la seconde à côté d’elle. La mariée et sa témoin. Elles ne se lâchent pas la main, mais ne se regardent pas non plus. Elles se ressemblent. D’ailleurs le marié leur ressemble aussi. Le témoin du marié, de l’autre côté, sifflote en regardant fixement la photo du président de la République, derrière moi. Une ambiance paisible baigne la salle. Le doux printemps qui flotte dans l’air extérieur semble emplir aussi les esprits. Je ne sais pas pourquoi mais quelque chose m’intrigue. Une dame regarde le jeune marié avec un sourire béat et il se tourne un instant vers elle, l’air de dire : Maman, tout va bien se passer. Il resserre sa cravate et revient vers moi, le visage déterminé. J’ai commencé mon petit speech habituel, j’ai brodé sur les articles de loi rapidement lus, je fais court. En fait, je n’ai rien à dire, décelé aucun détail dans les documents qui pourraient servir de base mais je sais que les familles attendent au moins quelques phrases un peu personnelles. Je n’ai rien trouvé. Je me rappelle juste que la jeune femme témoin de la mariée est la sœur du marié. Même au moment des oui, elle ne desserre pas la main de sa voisine, je remarque même – je suis si près – qu’elle la presse un peu plus fort. Le marié passe un anneau au doigt de celle qu’il vient d’épouser dont l’autre main caresse doucement un anneau semblable au doigt de la main de sa témoin qu’elle n’a jamais lâchée.

 

Si vous voulez commenter ce texte, envoyez un message à info@rencontre-orion.org