Déconfinement sans frontières 5

Mariages – épisode 16 – Affaires municipales 

Fred travaille à la mairie. Grand, sportif, il aime nager et on se croise à la piscine. Assis sur le bord du bassin après quelques longueurs, on discute des affaires de la municipalité. Les pieds dans l’eau, les conflits prennent moins d’importance. Il y a, dans l’équipe municipale à laquelle j’appartiens, deux élus A. et C. qui aiment la bagarre en elle-même et qui semblent être venus là pour régler des comptes anciens et obscurs. La tension qu’ils provoquent envahit petit à petit tous les secteurs de la vie municipale, d’autant plus que le maire qui ne paraît pas mesurer le pouvoir de nuisance de ses adjoints, se contente de répondre par des appels à la bienveillance. Les employés de la mairie prennent régulièrement des coups qui ne leur étaient pas nécessairement adressés. Ou parfois si. Diviser en suggérant, en calomniant effrontément, est la base classique de ce type de stratégie. Pour A., l’adjointe de l’ombre, Fred est une proie facile. A. aime faire des brasses et vient souvent à la piscine. Elle a constaté que Fred nageait souvent avec une jolie employée des services techniques. Bons crawleurs tous deux, ils s’entrainent ensemble. Fred, tout le monde le sait, va bientôt se marier avec une vétérinaire du bourg, plus âgée que lui. Fidèle à sa tactique, A. raconte à qui veut l’entendre, que la nageuse des services techniques est la maitresse du futur marié. Elle l’a vu de ses propres yeux. Ce genre de propos trouve toujours des oreilles complaisantes et se répand très vite. Toute la mairie bruisse de ces accusations pénibles. Un jour, pieds dans l’eau, Fred me demande d’accepter de le marier et m’avoue que L. sa future épouse est plutôt du genre jaloux et qu’il est bien embêté. Elle a reçu des mails anonymes explicites et elle l’a pris assez mal. Il a essayé de lui expliquer d’où ça venait mais elle ne comprend pas pourquoi A. lui en voudrait à lui, que ça n’a pas de sens. Est-ce que j’accepterais de lui parler ? De me transformer en conseiller conjugal ? J’allais donc voir L. la vétérinaire qui me reçut avec curiosité. Dans un premier temps, je lui expliquais qu’il s’agissait d’une pure médisance, que je connaissais la jeune femme et que la relation qu’elle avait avec Fred était toute amicale. D’ailleurs moi-même je nageais souvent avec eux. Mais mon discours, je le voyais bien, ne la convainquait pas. Elle ne comprenait pas pourquoi A. en voudrait personnellement à son futur mari. Selon elle, soit A. disait la vérité, tout simplement, soit elle avait une raison de mentir, mais laquelle ? J’étais embêté parce que mes explications – et j’en avais – étaient accablantes pour la psychologie de A.. Expliquer ce type de personnalité qui dénigre, médit, diffame, calomnie à tout va, sachant qu’il en restera toujours quelque chose à exploiter, c’est mission impossible. Surtout quand la personne en question est parfaitement capable de donner le change. J’essayais donc de préciser ce que j’avais fini par comprendre moi-même de la stratégie de A.

Finalement, la future mariée accepta mes explications. Probablement parce qu’elle avait envie d’être convaincue. Quelques jours plus tard, le mariage eut lieu sans incident particulier. Après les signatures, après que tous se sont embrassés et congratulés, L. est venue vers moi et m’a pris à part.  -Si ce que vous m’avez dit est vrai – et je crois que ça l’est – je ne donne pas cher de votre municipalité.

Elle avait raison. Quelques mois plus tard nous avons démissionné, c’en était fini de notre belle aventure.

Si vous voulez commenter ce texte, envoyez un message à info@rencontre-orion.org