SAMEDI 11 MAI à 19H30

GASPARD DEHAENE

Piano

 

 

Les Etudes transcendantes, opus 1.139 de Franz Liszt

La Sonate opus 5 de Johannes Brahms

L’impromptu opus 142, N°3 en su bémol majeur de Franz Schubert

 

En deux soirées qui promettent d’être inoubliables, l’une à Art en Loft, la seconde au Château d’Orion, le pianiste Gaspard Dehaene (né le 19 mai 1987) s’attaque aux Etudes d’exécution transcendante de Franz Liszt (opus S. 139) ! Ces 12 études sont un sommet de la littérature pour piano, auquel tous les plus grands pianistes se sont confrontés en tremblant. Composées en trois étapes en 1826, 1839 et 1852, elles sont d’une écriture tellement virtuose que Robert Schumann disait que seul Liszt lui-même pouvait les jouer. 12 « études » qui sont un panorama de tout ce que la musique romantique peut proposer : poésie fragile, douceur suggérée puis déchainement, tempête majestueuse puis de nouveau accalmie. La 4ème étude en ré mineur dite Mazeppa, inspirée d’un poème homonyme de Victor Hugo, raconte la chevauchée tragique d’un cavalier ukrainien attaché nu – parce qu’adultère-  à sa monture emballée, le corps couvert de goudron. Et bien sûr, sa rédemption. La 7ème nommée Eroïca évoque Beethoven, comme son nom le suggère. La 11ème, harmonies du soir, sans doute inspirée d’un poème de Baudelaire, offre des moments troublants de calme méditatif malgré ses difficultés techniques. (Rappelons à propos de ces inspirations poétiques que la langue principale de Liszt était le français).

Gaspard Dehaene, familier des plus grands festivals, né dans la musique (sa mère est la pianiste Anne Queffelec) nous fait l’honneur de venir affronter chez nous cette œuvre de maturité. Il jouera les 6 premières études à Art en Loft et les 6 dernières à Orion en les accompagnant de la sonate opus 5 de Brahms,  et de l’Impromptu opus 142, n°3 en si bémol majeur de Schubert.

(premier concert le vendredi 10 mai voir Art en Loft)